L’église romane de Noyal-Muzillac (Morbihan)

dscf1308.jpg

Le cabinet d’architecture ANTAK (Nantes) a fait appel à nous au printemps 2017 pour réaliser une étude documentaire et une expertise archéologique du bâti sur l’église paroissiale Saint-Martin de Noyal-Muzillac (Morbihan), édifice sur lequel était prévu des travaux de rénovation.

Les objectifs fixés pour cette étude étaient :

  • Réaliser un inventaire et une étude de la documentation iconographique et planimétrique ancienne (cartes anciennes, plans cadastraux, photographies et cartes postales anciennes pouvant documenter l’évolution du bâtiment, plans d’architectes) ;
  • Procéder à une étude documentaire concernant l’historique du bâtiment, et en particulier ses transformations au cours du temps, depuis le Moyen Âge jusqu’à l’époque contemporaine ;
  • Étudier la documentation seigneuriale disponible, afin de mettre en évidence les outils de gestion domaniale, etc. et comprendre l’environnement sociopolitique dans lequel s’insère le bâtiment à la fin du Moyen Âge et pendant l’époque moderne.

Il avait également été prévu que l’expertise du bâti soit relativement succincte et il a donc s’agit de réaliser des observations in situ et un inventaire photographique des élévations, et en particulier des anomalies de construction permettant d’argumenter un phasage de l’église.

 

À Noyal-Muzillac, de nombreux indices plaident pour une origine très ancienne du peuplement, qu’il s’agisse de la topographie, qui évoque un éperon barré que l’on voudrait associer aux vestiges protohistoriques et antiques observés non loin du bourg, ou le caractère atypique de l’église, qui pourrait suggérer la présence antérieure d’édifices cultuels que le monument roman est venu masquer. Après la période romane, l’édifice connaît d’importantes reprises datables du XVe et du début du XVIe siècle. Un incendie au milieu du XVIIe siècle implique de nombreuses modifications autour du clocher. Puis la nef est entièrement reconstruite au XIXe siècle, suite à un effondrement, avant d’être raccourcie, pour les besoins de la voirie, dans la seconde moitié du XXe siècle.

Sur le plan seigneurial, il est intéressant de noter la contemporanéité de l’apparition du lignage des Muzillac, vicaires de la paroisse au XIIIe siècle, dans les sources écrites et la date possible d’érection de l’église : il faut envisager que la construction de l’édifice ait pu se faire sous l’égide de cette famille, qui aurait ainsi témoigné de son souhait de matérialiser les nouveaux cadres sociaux qui émergent et se développent à cette époque. Tout tend à prouver que la famille de Muzillac, protecteurs de la paroisse, subit progressivement l’expansionnisme ducal, qui devient rival sur ce secteur en plaçant une famille châtelaine à Penmur et asseyant ainsi son influence sur des territoires autrefois maîtrisés par les Muzillac.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s