Une fontaine ducale au cœur du parc de Suscinio du Moyen Âge à nos jours : la Fontaine de la Duchesse, à Bodérin en Sarzeau (Morbihan)

img_1617.jpg

Nous avons été contactés en juin 2017 par la commune de Sarzeau qui souhaitait s’intéresser à la Fontaine de la Duchesse dans le cadre d’un projet de mise en valeur de cet élément du « petit patrimoine » communal. Le toponyme de la fontaine, particulièrement évocateur, invitait à mener une recherche en archives pour en apprendre plus quant à l’histoire de la structure et à son insertion dans le domaine du château de Suscinio. Ce dernier, classé par Prosper Mérimée en 1840, est particulièrement bien connu des castellologues, qui ont pris conscience de l’intérêt de ce dernier dès le début du XXe siècle. Dans le sillage de la mise en place des premiers chantiers de fouilles archéologiques portant sur la période médiévale, Patrick André et Michel Clément initient la fouille « de sauvetage » de la chapelle, sans doute priorale, puis castrale se trouvant  sur le flanc sud du château. Sept campagnes se succèdent ainsi entre 1975 et 1982. Si le château devient un cas d’école dans la plupart des ouvrages de castellologie, il faut attendre le début des années 2000 pour qu’émerge à nouveau le besoin de conforter la connaissance architecturale de l’édifice par des investigations archéologiques. Un premier sondage est mené en 2004, pour vérifier le potentiel du logis ouest, et les observations faites à cette occasion sont confortées en 2011. Un premier programme de recherche triennal est finalement lancé de 2013 et 2015 et les chantiers de fouilles archéologiques continuent encore aujourd’hui.

Les sources concernant des éléments patrimoniaux aussi discrets que les fontaines demeurent particulièrement ténues. Ceci est d’autant plus vrai que les fontaines se trouvent souvent sur des terrains publics qui ne font pas l’objet de mutation et pour lesquels on ne peut donc pas trouver de description dans d’éventuels actes notariés. Par ailleurs, la localisation de la Fontaine de la Duchesse au milieu de terrains agricoles complexifie encore la donne. Face à ce constat, il a fallu compulser un grand nombre de documents issus de la gestion du domaine de Rhuis (série B des Archives départementales de la Loire-Atlantique) pour trouver des indications indirectes de la fontaine, celle-ci servant alors, dans les quelques cas repérés, de bornage pour des parcelles cédées en tenure. Cette approche, si elle confirme l’ancienneté de la Fontaine de la Duchesse, ne permet pas, en revanche, d’en connaître l’aspect ancien. Les premiers documents iconographiques qui nous la représentent ne sont pas antérieurs au milieu du XXe siècle et aucune solution n’a pu être apportée à ce problème malgré la consultation d’un grand nombre de plan représentant le château de Suscinio, ses environs et la presqu’île de Rhuys d’une manière générale.

La fontaine de la duchesse est, telle qu’elle se présente aujourd’hui, le fruit de nombreuses transformations. Les photographies des années 1950 et 1970 montrent que l’édifice était alors associé à un lavoir et à un rinçoir qui sont aujourd’hui presque totalement enfouis sous la terre et la végétation. Les trois bassins rectangulaires que l’on observe en avant de la fontaine ont été installés à une date postérieure que l’examen des délibérations communales ou les témoignages des anciens habitants de Bodérin permettrait peut-être de préciser. L’édicule triangulaire évoque plutôt l’époque moderne voire le XIXe siècle, alors que les fontaines médiévales semblent, le plus souvent, se présenter sous la forme de simples bassins quadrangulaires ou de bassins circulaires pourvus d’une colonne jaillissante centrale plus ou moins ornementée. En l’état, et sans étude archéologique poussée des maçonneries des divers éléments hydrauliques souterrains, il est impossible d’avancer une datation avec certitude, même si de nombreux indices, que nous avons pu mettre en évidence, concordent vers l’idée d’une transformation conséquente de la structure au XIXe siècle, suivie de nombreuses transformations au XXe siècle.

Les liens entre la Fontaine de la Duchesse et le château de Suscinio sont évidents et attestés par les documentations comptables et cartographiques anciennes, tel que l’étude à permis de le mettre en évidence. Il n’est, dès lors, pas impossible d’imaginer que cette fontaine ait pu être un lieu de plaisance pour les ducs de Bretagne à la fin du Moyen Âge, à l’image de ce que furent par exemple les fontaines du château d’Hesdin (aujourd’hui commune de Vieil-Hesdin, Pas-de-Calais), pour les ducs de Bourgogne, qui aimaient à y aller « pique-niquer » à la même époque. Par ailleurs, un célèbre tableau évoque le « Jardin d’Amour de Philippe Le Bon » à Hesdin, qui n’est pas sans rappeler le « Coet L’Amour » (francisé en Bois d’Amour sur le cadastre du XIXe siècle) voisin du château de Suscinio ; transcription toponymique vraisemblable de la culture courtoise qu’affectionnaient particulièrement les aristocrates de ce temps. La résidence ducale et ses abords, par la recomposition du réel mettant en valeur la personne du prince, peuvent être vus comme un microcosme centré sur le duc, alors montré comme dominant l’espace, le temps, les hommes, les animaux, les végétaux et les ressources de toute nature. Le duc ou son épouse sont ainsi, en quelque sorte, placés en position de démiurges de la portion du monde qui dépend d’eux. Et il apparaît désormais vraisemblable de croire que la Fontaine de la Duchesse ait pu participer de cette mise en scène du pouvoir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s