La chapelle de Locmaria à Ploemel est un… prieuré hospitalier !

Contacté par la commune de Ploemel (Morbihan), en vue d’un projet de restauration de la chapelle de Locmaria, nous avons réalisé une étude documentaire ainsi que des observations poussées sur les élévations existantes (le choeur a été détruit au XIXe siècle) afin de déterminer l’histoire de l’édifice et son évolution au cours du temps.

La chapelle de Locmaria est notamment connue pour abriter une magnifique plate-tombe de Pierre de Broërec, datée du XIVe siècle grâce à une inscription sur celle-ci, et pour une légende locale, qui voudrait en faire un édifice templier 😉

L’observation du bâtiment permet de mettre en évidence de nombreux travaux ayant touché les murs périphériques, tandis que l’intérieur de l’édifice semble relativement homogène. On peut situer la phase de construction dans la seconde moitié du XIVe siècle, grâce à la date présente sur la plate-tombe de Pierre de Broërec, mais également grâce à la charpente armoricaine qui couvre encore la chapelle et semble avoir été peu modifiée. Même s’il demeure, en l’état actuel des recherches, impossible d’établir un phasage définitif et précis, la documentation d’archives permet de proposer plusieurs jalons pour les phases de réparations de la chapelle. La première est à situer dans les premières années du XVIIIe siècle, à la suite de la demande de l’évêque de Vannes de restaurer la chapelle de Locmaria, alors partiellement ruinée. M. Cayot-Délandre permet de placer vers 1820-1825 la destruction du chœur et la restructuration de l’espace cultuel qui en a découlé. Le vicaire Collet situe également des réparations réalisées par Armand Le Bouleis vers 1870-1880. Et enfin, la dernière phase de réparation concerne la couverture, réalisée à la fin des années 1970.
Sur le plan historique, la découverte majeure mise en évidence par l’étude documentaire est que la chapelle de Locmaria est d’origine priorale et rattachée à l’Ordre hospitalier du Saint-Esprit (fondé à Montpellier au XIIe siècle et possédant un hôpital très important à Auray, à quelques kilomètres de Locmaria). La poursuite des investigations en ce sens permettrait peut-être de retrouver des documents plus précis et plus anciens concernant la chapelle, dans le but de répondre aux nombreuses questions soulevées par cette découverte.

Les recherches permettent de mettre en évidence que l’histoire de la chapelle de Locmaria, chapelle dont le simple aspect extérieur pourrait la faire passer pour anodin, est pourtant riche, pleine de rebondissement, illustre la sociabilité locale, tant laïque qu’ecclésiastique, entre la fin du Moyen Âge et le XXe siècle et, en ce sens, mérite pleinement d’être protégée et mise en valeur.

DSCF6988

La chapelle de Locmaria, état en février 2017. Vue depuis le sud (cliché : V. Leman)

DSC03710

La pierre tombale de Pierre de Broërec, portant la date de 1340 (cliché : L. Jeanneret)

Le pont « gallo-romain » de Mouzillon (44) date du Moyen Âge !

La commune de Mouzillon, dans l’actuel département de Loire-Atlantique (doc. 1), borde la route qui permet de rejoindre Vallet (à 2,5 km au nord) depuis Clisson (à environ 6 km au sud). Les habitations formant le bourg sont venues se lover à la confluence de deux petits cours d’eau : la Logne, affluent de la Sanguèze, qui va elle-même se jeter dans la Sèvre nantaise à hauteur du Pallet, à environ 5 km à l’ouest.

À la lumière des éléments que nous avons pu mettre en évidence lors d’une étude documentaire menée en janvier 2017, nous pouvons en conclure que le pont de Mouzillon n’est certainement pas gallo-romain, et ce pour plusieurs raisons :
1°- Tout d’abord, le seul indice avancé en ce sens serait la présence de mortier de tuileau à la base de l’une des piles du pont. Or, ce type de mortier est tout autant utilisé au Moyen Âge et pendant l’époque moderne. L’indice n’est donc pas suffisant pour constituer un argument en lui-même.
2°- Par ailleurs, l’observation des vestiges montre clairement que la structure du pont n’est probablement pas antérieure à la fin du Moyen Âge. S’il serait tentant de voir dans l’arche en arc brisé un vestige du pont mentionné en 1388, il n’est pas à exclure qu’il s’agisse également d’une reconstruction postérieure, du XVe ou du XVIe siècle, car il n’est pas précisé que le pont de 1388 était déjà maçonné.
3°- Enfin, la route reliant Clisson à Ancenis est très récente : l’aménagement de la voie de Grande Communication n° 13 bis au XIXe siècle ne reprend apparemment pas de tracé ancien. Par ailleurs, lorsque les textes des archives communales du XIXe siècle évoquent la « traverse » de Mouzillon, c’est-à-dire la rue principale, il s’agit en fait de l’axe est-ouest, et non nord-sud, même si ce dernier était déjà présent à la fin du Moyen Âge, au moins sur son tronçon Clisson-Vallet. Les vestiges d’une voie antique ont en revanche été repérés plus au sud, reliant Nantes à Montaigu (et au-delà vraisemblablement à Limoges).

Il faut donc finalement abandonner à la fois l’idée d’une structure gallo-romaine et de la présence d’un axe antique. Le pont de Mouzillon doit donc être appréhendé en fonction de circulations locales (notamment le besoin de desservir La Barillère, seigneurie de paroisse) et non selon des réseaux gallo-romains, dont l’existence demeure, en l’état actuel, très hypothétique. Le pont de Mouzillon apparaît, avec ses nombreuses modifications et phases de travaux, comme un objet archéologique complexe. Il conviendrait d’en réaliser une étude d’archéologie du bâti approfondie, comprenant des relevés manuels et numériques in situ ainsi que des datations par procédés scientifiques. Seule une telle étude permettrait d’acquérir toute les données qu’il est susceptible de renfermer quant à l’histoire du village et pour que la structuration des circulations puissent enfin être connues.

Le complexe cultuel Notre-Dame de Penmern (Baden, 56)

dscf5750

                                         Chapelle Notre-Dame de Penmern, à Baden (56). La présence d’une chapelle est attestée depuis 1430. L’édifice actuel semble dater des années 1530 et a été remanié plusieurs fois.

L’écart de Penmern, dépendant aujourd’hui de la commune de Baden, est situé sur la rive ouest du Golfe du Morbihan, au nord-ouest de l’Île-Aux-Moines, à environ 10 km au sud-ouest de Vannes, et 4,5 km à l’est du bourg de Baden. Placé sur une éminence naturelle du littoral, Penmern domine l’embouchure du Ruisseau de Kernormand, qui se jette dans le Golfe du Morbihan à cet endroit. Le nom du lieu pourrait désigner « le lieu du bout », renvoyant bel et bien à sa situation de bord de littoral, tout comme le toponyme Pen Er Men, que l’on trouve sur la commune d’Arradon, à moins de 2 km de Penmern, pour un écart similaire. Lire la suite